Vendre un bien au mauvais DPE : quels arguments pour rassurer les acheteurs potentiels ? 

Vendre un bien avec un mauvais DPE aujourd’hui peut s’avérer compliqué. 🪫

A moins de trouver des acquéreurs motivés qui n’ont pas peur des travaux de rénovation énergétique, ou qui se moquent du montant sur leurs factures d’énergie, la plupart des acquéreurs peuvent être découragés par la mauvaise note du DPE d’un bien.

Progressivement, les passoires énergétiques seront interdites à la location, ce qui peut notamment freiner les investisseurs désirant acquérir des biens à des fins locatives (Rappel du calendrier d’interdiction de location en France métropolitaine  : En 2025 : biens classés G / En 2028 : biens classés F / En 2034 : biens classés E).

Cependant, améliorer la note d’un DPE, et surtout bénéficier d’aides pour y parvenir, c’est tout à fait possible !

 

Améliorer le DPE des petites surfaces en quelques clics

Pour certains biens d’une surface inférieure à 40m² classés comme passoires énergétiques (notés F ou G), il sera bientôt possible de changer de statut et d’améliorer la note du DPE en quelques clics en générant une nouvelle étiquette DPE sur le site de l’ADEME ! La raison ? Les méthodes de calcul de la classe énergétique pour ces petites surfaces vont évoluer pour plus d’équité. Cela concernerait environ 140 000 logements.

 

La réalisation de travaux de rénovation énergétique 🏗️

Il n’y a pas d’autre solution miracle pour améliorer la note d’un DPE. La clé réside dans la réalisation de travaux visant à améliorer la performance énergétique du bien. Pour vendre un bien avec un mauvais DPE, vous devez bien tourner vos clients vers une liste concrète de travaux. 

Le DPE est un diagnostic qui identifie justement une liste de travaux à entreprendre pour améliorer la performance. Toutefois pour avoir une liste encore plus complète avec des travaux chiffrés, il peut être recommandé de réaliser un audit énergétique (c’est même, pour rappel, une obligation en cas de vente d’un bien classé F ou G en monopropriété !)

Ce diagnostic, qu’il s’agisse d’un DPE ou d’un audit, mettra en lumière les principales sources de déperditions thermiques. Il proposera également une liste de travaux à réaliser pour améliorer la performance énergétique. 

En règle générale, les travaux recommandés concernent certains postes précis : 

  • L’optimisation de l’isolation thermique (murs, sols, combles, changement des fenêtres, etc.).
  • Le remplacement du système de chauffage. Envisager des solutions telles que les pompes à chaleur ou les systèmes de chauffage au bois.
  • L’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC), essentielle pour maintenir une qualité d’air optimale.

Ces recommandations ciblent les aspects ayant le plus grand impact sur l’efficacité énergétique du bien. Ainsi, pour améliorer la classification énergétique globale du bien, il est primordial d’agir sur l’un de ces fronts, en fonction des besoins du bien.

 

Les aides disponibles pour réaliser des travaux de rénovation énergétique 💶

 

Le premier frein à la rénovation énergétique aujourd’hui est son coût financier. Même si cette opération réduit les coûts à long terme, verser une grosse somme d’argent d’un coup pour réaliser ces travaux reste parfois compliqué. Mais pour vendre un bien avec un mauvais DPE, vous allez devoir conseiller vos vendeurs ou vos acquéreurs sur les aides disponibles :

 

Tout d’abord, il est conseillé de se tourner vers France Rénov’, le service public de la rénovation énergétique, totalement gratuit, qui fournit des informations sur les rénovations et permet de rencontrer des conseillers orientant vers les aides auxquelles un propriétaire peut potentiellement prétendre.

Parmi ces aides principalement gouvernementales, on retrouve diverses options telles que : 

  • L’Éco-prêt à taux zéro qui est un prêt sans intérêts qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique dans un bien achevé depuis au moins 2 ans et ce, que le propriétaire soit occupant ou bailleur (ne pas confondre avec le prêt à taux zéro qui lui permet de financer l’acquisition d’un bien).  
  • MaPrimeRénov’ est une aide financière venant couvrir tout ou partie de travaux de rénovation énergétique. Cette aide se présente sous forme de 2 dispositifs : soit la rénovation se fait par geste, soit il s’agit d’une rénovation globale. Dans ce dernier ce cas l’aide est plus importante.  
  • Des dispositifs fiscaux comme le dispositif Denormandie permettent eux d’obtenir des réductions sur la note fiscale lorsque le propriétaire réalise des travaux de rénovation énergétique dans un bien. Il doit le mettre en location pendant une certaine durée et à un loyer plafonné. Le dispositif Loc’avantages permet de bénéficier d’importants abattements fiscaux et peut être couplé à une subvention que le propriétaire offre pour financer des travaux de rénovation énergétique. 
  • Les certificats d’économie d’énergie (CEE) sont également des aides financières. Les fournisseurs d’électricité octroient ces aides aux particuliers pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Sous peine de pénalités financières les fournisseurs d’énergie doivent aider les particuliers à réduire leur consommation. Le particulier qui souhaite bénéficier de ce dispositif CEE peut se tourner vers différents fournisseurs pour comparer les offres. 

 

A noter que ces différentes aides sont cumulables entre elles. La seule exception étant qu’un propriétaire qui passe par MaPrimeRénov pour une rénovation globale ne peut pas demander l’aide des dispositifs CEE. 

 

Pour obtenir la plupart de ces aides, il faut que des professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE) réalisent les travaux. Comme pour MaPrimeRénov’ et l’éco-PTZ.

Retrouvez la liste des professionnels RGE ici

 

Retrouvez une fiche récapitulative pour vendre un bien avec un mauvais DPE à télécharger ici 👉 https://landing.mynotary.fr/agument-vente-passoire-energetique

Vendre un bien au mauvais DPE : quels arguments pour rassurer les acheteurs potentiels ? 

Vendre un bien avec un mauvais DPE aujourd’hui peut s’avérer compliqué. 🪫

A moins de trouver des acquéreurs motivés qui n’ont pas peur des travaux de rénovation énergétique, ou qui se moquent du montant sur leurs factures d’énergie, la plupart des acquéreurs peuvent être découragés par la mauvaise note du DPE d’un bien.

Progressivement, les passoires énergétiques seront interdites à la location, ce qui peut notamment freiner les investisseurs désirant acquérir des biens à des fins locatives (Rappel du calendrier d’interdiction de location en France métropolitaine  : En 2025 : biens classés G / En 2028 : biens classés F / En 2034 : biens classés E).

Cependant, améliorer la note d’un DPE, et surtout bénéficier d’aides pour y parvenir, c’est tout à fait possible !

 

Améliorer le DPE des petites surfaces en quelques clics

Pour certains biens d’une surface inférieure à 40m² classés comme passoires énergétiques (notés F ou G), il sera bientôt possible de changer de statut et d’améliorer la note du DPE en quelques clics en générant une nouvelle étiquette DPE sur le site de l’ADEME ! La raison ? Les méthodes de calcul de la classe énergétique pour ces petites surfaces vont évoluer pour plus d’équité. Cela concernerait environ 140 000 logements.

 

La réalisation de travaux de rénovation énergétique 🏗️

Il n’y a pas d’autre solution miracle pour améliorer la note d’un DPE. La clé réside dans la réalisation de travaux visant à améliorer la performance énergétique du bien. Pour vendre un bien avec un mauvais DPE, vous devez bien tourner vos clients vers une liste concrète de travaux. 

Le DPE est un diagnostic qui identifie justement une liste de travaux à entreprendre pour améliorer la performance. Toutefois pour avoir une liste encore plus complète avec des travaux chiffrés, il peut être recommandé de réaliser un audit énergétique (c’est même, pour rappel, une obligation en cas de vente d’un bien classé F ou G en monopropriété !)

Ce diagnostic, qu’il s’agisse d’un DPE ou d’un audit, mettra en lumière les principales sources de déperditions thermiques. Il proposera également une liste de travaux à réaliser pour améliorer la performance énergétique. 

En règle générale, les travaux recommandés concernent certains postes précis : 

  • L’optimisation de l’isolation thermique (murs, sols, combles, changement des fenêtres, etc.).
  • Le remplacement du système de chauffage. Envisager des solutions telles que les pompes à chaleur ou les systèmes de chauffage au bois.
  • L’installation d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC), essentielle pour maintenir une qualité d’air optimale.

Ces recommandations ciblent les aspects ayant le plus grand impact sur l’efficacité énergétique du bien. Ainsi, pour améliorer la classification énergétique globale du bien, il est primordial d’agir sur l’un de ces fronts, en fonction des besoins du bien.

 

Les aides disponibles pour réaliser des travaux de rénovation énergétique 💶

 

Le premier frein à la rénovation énergétique aujourd’hui est son coût financier. Même si cette opération réduit les coûts à long terme, verser une grosse somme d’argent d’un coup pour réaliser ces travaux reste parfois compliqué. Mais pour vendre un bien avec un mauvais DPE, vous allez devoir conseiller vos vendeurs ou vos acquéreurs sur les aides disponibles :

 

Tout d’abord, il est conseillé de se tourner vers France Rénov’, le service public de la rénovation énergétique, totalement gratuit, qui fournit des informations sur les rénovations et permet de rencontrer des conseillers orientant vers les aides auxquelles un propriétaire peut potentiellement prétendre.

Parmi ces aides principalement gouvernementales, on retrouve diverses options telles que : 

  • L’Éco-prêt à taux zéro qui est un prêt sans intérêts qui permet de financer des travaux de rénovation énergétique dans un bien achevé depuis au moins 2 ans et ce, que le propriétaire soit occupant ou bailleur (ne pas confondre avec le prêt à taux zéro qui lui permet de financer l’acquisition d’un bien).  
  • MaPrimeRénov’ est une aide financière venant couvrir tout ou partie de travaux de rénovation énergétique. Cette aide se présente sous forme de 2 dispositifs : soit la rénovation se fait par geste, soit il s’agit d’une rénovation globale. Dans ce dernier ce cas l’aide est plus importante.  
  • Des dispositifs fiscaux comme le dispositif Denormandie permettent eux d’obtenir des réductions sur la note fiscale lorsque le propriétaire réalise des travaux de rénovation énergétique dans un bien. Il doit le mettre en location pendant une certaine durée et à un loyer plafonné. Le dispositif Loc’avantages permet de bénéficier d’importants abattements fiscaux et peut être couplé à une subvention que le propriétaire offre pour financer des travaux de rénovation énergétique. 
  • Les certificats d’économie d’énergie (CEE) sont également des aides financières. Les fournisseurs d’électricité octroient ces aides aux particuliers pour la réalisation de travaux de rénovation énergétique. Sous peine de pénalités financières les fournisseurs d’énergie doivent aider les particuliers à réduire leur consommation. Le particulier qui souhaite bénéficier de ce dispositif CEE peut se tourner vers différents fournisseurs pour comparer les offres. 

 

A noter que ces différentes aides sont cumulables entre elles. La seule exception étant qu’un propriétaire qui passe par MaPrimeRénov pour une rénovation globale ne peut pas demander l’aide des dispositifs CEE. 

 

Pour obtenir la plupart de ces aides, il faut que des professionnels reconnus garants de l’environnement (RGE) réalisent les travaux. Comme pour MaPrimeRénov’ et l’éco-PTZ.

Retrouvez la liste des professionnels RGE ici

 

Retrouvez une fiche récapitulative pour vendre un bien avec un mauvais DPE à télécharger ici 👉 https://landing.mynotary.fr/agument-vente-passoire-energetique